Portrait de la Jeunesse engagée #2 – Marion MECHALI, membre du Comité Moyen-Orient

Portrait de la Jeunesse engagée #2 – Marion MECHALI, membre du Comité Moyen-Orient

L’ANAJ-IHEDN est animée par une multitude de bénévoles qui ont à coeur de faire rayonner l’Esprit de Défense et de contribuer à la cohésion nationale. Notre association s’appuie sur un réseau de membres aux profils diversifiés et qui s’investissent au quotidien, chacun à leur manière. C’est cet engagement que nous souhaitons valoriser grâce à nos « Portraits de la Jeunesse engagée » !

Second portrait d’ANAJienne, Marion MECHALI, membre du Comité Moyen-Orient ! Bonne découverte !

Marion, parle-nous de toi…

Parle-nous de toi…

Je suis Marion, une « fausse vraie » parisienne, qui aime (beaucoup) voyager (avec toutes les aventures que cela implique), le sport, lire… Après avoir fait des études en finance, je travaille depuis bientôt deux ans en banque, au sein de l’Inspection Générale du Crédit Agricole.

Tu es membre de l’ANAJ-IHEDN, pourquoi as-tu décidé de rejoindre cette association ?

J’ai adhéré à l’ANAJ-IHEDN en juin 2014 après avoir participé au Séminaire Grandes Écoles. En clôture du séminaire, l’ancien Président de l’ANAJ-IHEDN avait présenté les différentes activités de l’association (les conférences, les comités, les ateliers, les sorties…). La géopolitique, le Moyen-Orient et plus globalement les relations internationales m’ont toujours passionnée et pour moi, l’ANAJ-IHEDN représentait une opportunité de travailler (pour le plaisir) sur ces sujets et de rencontrer des personnes qui s’y intéressaient. J’ai donc contacté la responsable du comité Moyen-Orient afin de le rejoindre.

Concrètement, comment t’y investis-tu ?

Je rédige des articles pour le comité Moyen-Orient sur des sujets en lien avec cette région. Le gros plus selon moi, c’est la liberté dont on dispose dans le choix des sujets que l’on souhaite traiter. Il n’y a aucune obligation de se concentrer uniquement sur les problématiques de défense et de sécurité – même si cela demeure le coeur de l’association. C’est appréciable et cela nous pousse à faire preuve de curiosité et d’ouverture en découvrant des thématiques nouvelles, que l’on maîtrise a priori et très probablement moins bien.

En parallèle, l’investissement au sein du Comité  passe par la participation aux pots de comités, l’organisation des conférences / ateliers. On voyage aussi ! Le Comité directeur de l’ANAJ m’a aussi sollicitée et donné la chance d’être en charge du projet « Speed Dating pro » qui consiste à mettre en relation des jeunes professionnels et jeunes arrivant sur le marché du travail pour les aider dans leur cheminement !

Et qu’est ce que cette dernière t’apporte ?

Elle me permet de maintenir un lien avec la géopolitique. Je ne travaille pas dans un secteur qui est lié directement à cette thématique et m’investir au sein de l’ANAJ-IHEDN c’est le moyen de conserver cet intérêt et de continuer à apprendre et à échanger sur les relations internationales.

D’un point de vue personnel, tous mes amis que j’ai rencontrés via l’association.

Rêvons ensemble…

Demain, tu disposes de moyens (financiers et humains) illimités.. qu’en fais-tu ?

Je voyage ! Je ne ferai pas le tour du monde en une seule fois mais je profiterai de ces moyens illimités pour m’arrêter dans des pays/régions et m’y attarder, m’y installer peut-être et puis, je repartirai à la découverte de nouveaux horizons.

Je prendrai le temps de m’investir dans des projets en lien avec l’éducation. Ce sont les nouvelles générations qu’il faut former (et pas seulement en France) sinon on va droit dans le mur. Et puis, éduquer c’est aussi apprendre à connaître l’autre et à vivre en société.

Si tu devais faire passer un message à la jeunesse, quel serait-il ?

D’aller de l’avant ! On a la chance de vivre dans une époque où les moyens de communication, les réseaux sociaux offrent un nombre incroyable d’opportunités qu’il faut saisir. On peut mener des projets beaucoup plus aisément maintenant qu’hier (quoiqu’en disent certains), alors autant en profiter. Et surtout ne pas avoir peur du qu’en dira-t-on, des jugements ou de l’échec, on apprend toujours de ses erreurs.

Quelles actions souhaiterais-tu voir menées pour favoriser l’engagement de la jeunesse en France ?

Favoriser encore plus les années sabbatiques et encourager les projets associatifs. Ce sont des éléments courants dans les pays anglo-saxons. On rencontre beaucoup de jeunes qui montent des projets à l’étranger ou dans leurs pays une fois le lycée terminé et avant de commencer leurs études. Je trouve ce concept intéressant parce que cela encourage la prise de décision, l’autonomie et la curiosité. En France, on est poussé à finir nos études et les parcours plus atypiques sont moins bien considérés. De mon point de vue, c’est dommage. C’est justement quand on est jeune que c’est le moment de prendre des risques et de s’engager.

Pour les curieux et les rêveurs…

Raconte nous ton meilleur (ou pire !) souvenir à l’ANAJ-IHEDN ?

Mon meilleur souvenir avec l’ANAJ-IHEDN est sans hésiter le voyage en Iran que l’on a organisé l’été dernier avec des membres du comité Moyen-Orient. Je suis partie avec quatre autres membres pendant 15 jours à la découverte de ce pays. C’était exceptionnel ! On a vu des merveilles architecturales, les Iraniens sont des gens accueillants et bien sûr, il y a toutes les aventures qu’on a vécues ensembles qui ont fait de ce voyage un très bon moment et permis de créer de vraies amitiés.

Portrait chinois : si la jeunesse était… 

Un animal : le guépard (rapide, intelligent et sauvage)
Un moyen de transport : l’avion (pour aller toujours plus loin)
Une planète : la Terre
Une émotion : la passion (la jeunesse, c’est la fougue et la passion, on a toute la vie devant nous !)
Un verbe : explorer (un peu, beaucoup de curiosité pour profiter de la vie)
Un personnage historique : Robert Kennedy (pour sa ténacité et sa foi en la jeunesse)
Une époque : Le Siècle des Lumières (pour l’ouverture d’esprit et les révolutions intellectuelles qu’il représente)

Citation préférée…

« Some people see things as they are and say why. I dream things that never were and say why not. » – George B. Shaw.

Hélène ROLET
Vice-présidente Communication & Influence
communication@anaj-ihedn.org

______

Pour rejoindre le Comité Moyen-Orient :  moyen-orient@anaj-ihedn.org

______

Vous êtes journaliste et souhaitez couvrir nos événements ?
C’est ici : presse@anaj-ihedn.org
______

Vous êtes une entreprise, une association, un institut ou une administration et souhaitez nous aider à faire de nos initiatives un succès en vous associant à nos événements ?
C’est ici : partenariats@anaj-ihedn.org

______

Vous souhaitez vous investir au sein de l’association et nous aider à mettre en oeuvre les différents projets que nous portons ? Vous avez une question relative à l’ANAJ-IHEDN ?
C’est ici : communication@anaj-ihedn.org

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer