Atelier – Chine : la diplomatie du pourtour, entre « bon voisinage », vulnérabilités & hégémonie

Atelier – Chine : la diplomatie du pourtour, entre « bon voisinage », vulnérabilités & hégémonie

Le Comité Asie de l’ANAJ-IHEDN a le plaisir de vous inviter à l’atelier :

Chine : la diplomatie du pourtour,
entre « bon voisinage », vulnérabilités et hégémonie

Emmanuel VÉRON
Responsable de la géographie et de la géopolitique de la Chine à l’Inalco
Chercheur associé à l’UMR 8586 Prodig et au sein de l’équipe ASIEs 

Mercredi 20 septembre 2017
19h30 à 21h00

Salle Athéna
École militaire

_______

[button size=large style=less_round color=blue align=none url=https://goo.gl/forms/AYevCvjR2jIBHYdD2]S’INSCRIRE[/button]

Depuis le lancement des réformes, la République populaire de Chine (RPC) a connu un développement et une montée en puissance sans précédent. Son environnement régional, très complexe et unique au monde, donne lieu à la construction pragmatique d’une politique étrangère dite de « diplomatie du pourtour » ou de « politique de bon voisinage ». Cette politique s’inscrit dans la continuité de l’histoire des relations entre l’Empire et ses périphéries vassalisées. La Chine possède 14 voisins terrestres et 8 voisins maritimes : tandis que certaines puissances hétérogènes sont tentées d’équilibrer la puissance chinoise (Russie, Japon, Inde, Corée du Sud), d’autres pays créent un contexte d’insécurité politique et stratégique (Corée du Nord, Pakistan ou Afghanistan).

Un schéma stratégique se dessine alors, fondé sur les imposantes capacités commerciales et économiques de la Chine, elles-mêmes encadrées par une politique étrangère, assumée et toujours plus active entre le début des années 1990 et l’accession au pouvoir de Xi Jinping (2012). La Chine est à la fois le moteur et l’arbitre d’une intégration économique régionale (institutionnelle et fonctionnelle), d’une part, à travers une politique commerciale offensive, et, d’autre part, de conflits régionaux potentiels liés au non-règlement de frontières maritimes ou terrestres.

La Chine cherche ainsi, avec sa stratégie de « grand pays », à consolider sa fragile puissance globale, quitte à redessiner l’ordre mondial. Pour ce faire, Pékin structure fortement l’avenir de son voisinage pluriel, en concurrence avec la présence américaine.

À propos de l’intervenant :
Emmanuel Véron est docteur en géographie (Université Paris 1) et diplômé en Chinois, spécialiste de la Chine et expert des questions de géopolitique de la Chine. Il est responsable de la géographie et de la géopolitique de la Chine à l’Inalco et chercheur associé à l’UMR 8586 Prodig et au sein de l’équipe ASIEs. Il est également membre des conseils d’administration de l’Inalco et de la Société de Géographie et intervient régulièrement comme conférencier dans de nombreuses institutions, grandes écoles et universités. Emmanuel Véron est auditeur-jeune de l’IHEDN (102ème séminaire, Paris 2017) et membre du Comité Asie de l’ANAJ-IHEDN.

Conditions de participation :
– Nombre de places limité (20 places) / Places disponibles réservées en priorité aux membres de l’ANAJ-IHEDN à jour de cotisation. Pour mettre à jour sa cotisation ou devenir membre : RENDEZ-VOUS ICI !
– L’inscription est individuelle et nominative.
– Votre participation ne sera définitive qu’à la réception d’un courriel de confirmation. Une liste d’attente sera également mise en place.

>Date limite d’inscription le 12 septembre 2017. 

Igor YAKOUBOVITCH
Responsable du Comité Asie de l’ANAJ-IHEDN
69e séminaire Jeunes – Paris 2011
asie@anaj-ihedn.org

Photo : ANAJ-IHEDN/COM/2017.